L'audit

Nous conduisons un audit documentaire qui consiste à :

— lister des données pertinentes relatives à un crime ou un délit,

— positionner ces données dans l’historique,

— vérifier que toutes les données pertinentes ont été exploitées,

— analyser les erreurs de procédures, leurs conséquences, la stratégie de ceux qui les revendiquent, 

— rechercher des erreurs de méthodologie de l’enquête : scellés détériorés, défaut de protection de la scène de crime, oublis dans les investigations,

— rechercher des tentatives de manipulation des enquêteurs et à mesurer leur implication sur l’avancement et les résultats de l’enquête,

— mesurer l’impact des médias sur l’enquête : utilisation, pression, effets positifs ou délétères.

Ensuite, nous établissons le profil psychologique de chaque intervenant qui consiste à :

— établir le profil psychologique des suspects au travers de leurs prises de position, de l’analyse graphologique, des expertises psychiatriques,

— analyser l’impact des profils psychologiques sur le délit et le crime,

— vérifier la concordance des mobiles revendiqués par les enquêteurs avec la personnalité des suspects,

— détecter des manipulations et des mensonges des suspects, de leurs entourages, de leurs avocats, des médias ou des enquêteurs.

La dernière étape conduit à proposer des hypothèses non envisagées par les enquêteurs et établir des scénarios du crime ou du délit en entrant dans le psychisme des leurs auteurs.

Les profils psychologiques de délinquants et de criminels évoluent en fonction de l’évolution de la psychologie des individus, de la société, des mœurs, des lois.

Ces profils sont susceptibles de favoriser les enquêtes futures. C’est ainsi que nous évoquons le pervers narcissique timide qui tient une place centrale dans l’affaire Grégory.

Lexique

— Suggestion d’amélioration : disposition susceptible d’améliorer le fonctionnement de l’enquête ou de la justice

— Remarque : point susceptible de conduire à une non-conformité s’il n’est pas résolu

— Non-conformité : anomalie constatée impactant le fonctionnement de la justice

— Non-conformité sévère : anomalie constatée susceptible de conduire à la mise en cause d’un innocent

— Non-conformité critique : anomalie conduisant à inculper un innocent ou à innocenter un coupable

— Non-conformité documentaire : erreur de procédure impactant le fonctionnement de la justice

— Non-conformité d’application : anomalie concernant la mise en œuvre de l’action judiciaire

— Axe de prévalence mineur : probabilité comprise entre 50 et 70 % que la personne nommée soit impliquée ou non impliquée

— Axe de prévalence majeur : probabilité comprise entre 71 % et 90 % que la personne nommée soit impliquée ou non impliquée

— Axe de prévalence critique : probabilité comprise entre 91 et 100 % que la personne nommée soit impliquée ou non impliquée

— Item de manipulation : IM,

— Item de perversion narcissique : IPN,

— Item de perversion narcissique timide : IPNT

— Item allant dans le sens de l’enlèvement : IE,

— Item allant dans le sens de l’assassinat : IA.

— Item allant dans le sens d’un délit : ID

— Item de complicité : IC

 

  • Vues: 387